PIERRE ROCHETTE   |   418-633-7616   |   charlevoix@photopierrerochette.com

Bâtiments historiques de Charlevoix (1) : Le Manoir Richelieu

Par Pierre Rochette  •  9 Jan 2018 à 00:08  •   •   448 VISIONNEMENTS

 

Parmi les bâtiments historiques de Charlevoix, le Manoir Richelieu reste sans doute le plus prestigieux.

Par Serge Gauthier

Président de la Société d’histoire de Charlevoix

En fait, il y a eu deux bâtiments dans l’histoire de ce grand hôtel soit le Manoir de bois qui existe de 1898 à 1928 et le Manoir actuel construit à partir de 1928.

L’époque du Manoir de bois est très prestigieuse. Érigé par la Compagnie Richelieu et Ontario opérant déjà la Croisière du Saguenay avec ses luxueux bateaux, cette entreprise souhaite établir à Pointe-au-Pic un hôtel pouvant accueillir les voyageurs.

Le succès est instantané. Le premier Manoir Richelieu accueille ainsi les plus grands noms de l’époque  et même des vedettes d’Hollywood comme Jean Harlow, Mary Pickford et Douglas Fairbanks, Charlie Chaplin et même William Taft qui sera président des États-Unis de 1909 à 1913.

Malheureusement, construit entièrement en bois, cet édifice flambe le 12 septembre 1928. Il faut alors songer à une reconstruction.

C’est au cours d’un seul hiver que se construit le nouveau Manoir Richelieu, sous les plans de l’architecte John S. Archibald.

Il crée un château de style normand français avec des tours et tourelles dont la capacité d’accueil est de 600 personnes.

Sous la direction de la firme Wilde and Bydon, la construction du bâtiment a nécessité l’apport de 500 artisans de la région.

Le nouveau Manoir Richelieu offre à ses visiteurs de nombreuses activités. Il y a un terrain de golf, aussi une piscine alimentée à l’eau de mer avec sa plage lido très en vogue à l’époque, un tennis, des sentiers d’équitation, un site pour le badminton, le boulingrin, la pétanque.

S’y retrouvent aussi des expositions de peinture au Salon rose du Manoir. Il est même possible de participer à des excursions de pêche aux nombreux camps appartenant au Manoir Richelieu.

À l’hiver 1929, la direction de l’hôtel tente d’ouvrir l’édifice en hiver. Pour la circonstance, une glissoire de glace est installée, de même qu’un curling et une patinoire.

L’expérience n’est pas jugé rentable et il faut attendre 1985 avant que le Manoir ouvre à nouveau durant la saison hivernale. De nos jours, le Manoir Richelieu est très fréquenté en hiver par les motoneigistes.

Une importante collection d’art montée par William H. Coverdale, président de la Compagnie Canada Steamship Lines devenue propriétaire de l’hôtel, se retrouve au Manoir Richelieu à partir des années 1930.

Toutefois, avec le temps, la Croisière du Saguenay qui amenait des visiteurs au Manoir Richelieu connaît moins de succès et elle cesse de fonctionner en 1965.

C’est un dur coup pour le Manoir Richelieu qui connaît alors des années difficiles. L’hôtel est même en faillite en 1975.

Le Gouvernement du Québec s’en porte acquéreur en 1976. En 1977, le Gouvernement du Québec dirigé par  le premier ministre René Levesque tient un important sommet économique au Manoir Richelieu.

En 1985, l’homme d’affaires Raymond Malenfant se porte acquéreur du Manoir. Il s’ensuit un conflit syndical qui mine la relance de l’hôtel.

Au tournant des années 2000, le Manoir Richelieu est dirigé par une société formée  notamment de Loto-Québec et du Fonds de Solidarité de la Fédération des travailleurs du Québec. Le Manoir Richelieu est opéré aujourd’hui par la chaîne Fairmont.

Au moment où le Manoir Richelieu s’apprête à accueillir le G7 en juin 2018, les yeux du monde entier vont se tourner vers cet hôtel de prestige n’ayant rien perdu de son lustre et qui s’impose encore comme le principal fleuron de l’industrie touristique de Charlevoix.

Pour en savoir plus il faut consulter : L’histoire du Manoir Richelieu sur le site  encyclobec.ca

cliquez sur les photos pour les agrandir…

Photo récente du grand hall, décoré pour le temps des Fêtes…

Visiteur de marque le 16 juillet dernier devant le prestigieux complexe hôtelier, le voilier Eagle de la garde côtière américaine…

 

 

 

 

Articles connexes

Sur la photo à la Une:  Le sculpteur Martin Brisson, le maire et préfet Sylvain Tremblay, la...

Sur la photo à la Une:  Sébastien Thibeault de chez Hyundai, Martin Simard, le coprésident d’honneur...

Sur la photo à la Une:  Marie-Hélène Anctil, Marie-Ève Tremblay, Francine Thibeault et Gemma...