PIERRE ROCHETTE   |   418-633-7616   |   charlevoix@photopierrerochette.com

Bâtiments historiques : Le Moulin Azarias Tremblay de Saint-Irénée (Reprise)

Par Pierre Rochette  •  6 Jan 2021 à 00:04  •   •   491 VISIONNEMENTS

Durant les belles journées d’été, plusieurs amateurs de baignade se rendront sur la plage de Saint-Irénée. Peut-être qu’ils remarqueront, sur la rivière Jean-Noël, un vieux moulin qui semble plutôt vétuste…

Par Serge Gauthier, Ph.D.

Président de la Société d’histoire de Charlevoix

Le bâtiment est, en effet, très ancien. Le 18 décembre 1890, Michel Tremblay, cultivateur, Arsène Girard, menuisier, louent pour une période de 99 ans des terrains situés le long de la rivière Jean-Noël à François Caron, mécanicien.

Il est stipulé dans l’entente que François Caron a « le droit de faire une chaussée pour les besoins de la manufacture qu’il se propose de construire à cet endroit ».

François termine finalement sa construction d’un moulin à scie l’année suivante mais les créanciers lui réclament bientôt la somme de 2376$ qu’il a dépensée pour la construction de l’édifice. Les créanciers demandent le versement immédiat et se saisissent de 100 000 pieds carrés de bois de fuseau produits sur place.

En 1912, par suite d’une vente effectuée par le shérif, Azarias Tremblay devient le nouveau propriétaire du moulin à scie. Il l’opère durant de nombreuses années et avec succès.

Les archives de la Société d’histoire de Charlevoix regroupent des documents montrant qu’au début du siècle et jusque dans les années 1940 notamment, le moulin à scie est très actif et fort utile à la population de Saint-Irénée et des environs. Encore aujourd’hui, il est possible d’y faire couper du bois.

Azarias Tremblay meurt le 2 avril 1974 et sa femme devient la propriétaire du bâtiment.

Ensuite, encore pendant de nombreuses années, des membres de la famille d’Azarias Tremblay résident dans le bâtiment qui comprend des espaces d’habitation. Il ne semble plus qu’il soit habité de nos jours cependant.

Toutefois, il est à espérer que, dans un endroit aussi prisé des touristes, le moulin Azarias Tremblay saura peut-être trouver une nouvelle vocation qui assurera qu’il ne soit jamais démoli dans l’avenir.

Articles connexes

La bibliothèque Laure-Conan présentera gratuitement deux conférences virtuelles sur la sécurité...

La Virée Nordique de Charlevoix lance un tout nouveau défi virtuel pour motiver la population à...

La ville de Clermont se voit malheureusement dans l’obligation d’annuler son traditionnel...