PIERRE ROCHETTE   |   418-633-7616   |   charlevoix@photopierrerochette.com

La cloche du LEECLIFFE HALL : un nouvel artefact au Musée maritime de Charlevoix

Par Pierre Rochette  •  13 Sep 2017 à 01:04  •   •   57 VISIONNEMENTS

Le Musée maritime de Charlevoix a récemment dévoilé un artefact très particulier au regard de l’histoire maritime de Charlevoix.

Par Sébastien Pelletier

En effet, dans le cadre d’une cérémonie visant à honorer les victimes du naufrage du vraquier LEECLIFFE HALL, la directrice générale du Musée, Madame Marie Anne Rainville, a présenté la cloche du navire aux invités du Musée.

Rappel

La cloche est un des éléments à la fois commun et unique pour chaque navire. Elle est d’abord un instrument de sécurité utilisé, entre autres, lors d’épisodes de visibilité réduite. Son utilisation est d’ailleurs régie par le Règlement international sur les abordages.

D’ailleurs, une telle cloche se trouve sur chaque navire. De plus, elle est une pièce unique puisque le premier nom porté par un navire, celui donné lors de son lancement, est gravé ou moulé dans la robe de la cloche.

La cloche du LEECLIFFE HALL a été retrouvée et repêchée le 15 juillet 2016, par un groupe de plongeurs techniques de la région de Montréal.

Elle se trouvait posée sur le pont, à proximité de son emplacement initial, soit la façade de la timonerie, à une profondeur de 50 mètres (164 pieds).

La plaque de construction, qui a également été repêchée, se trouvait quant à elle sur la façade de la timonerie.  En respect avec les dispositions de la Partie 7 de la Loi de 2001 sur la Marine marchande du Canada – règlement canadien sur les épaves –, la cloche ainsi que la plaque de construction du navire ont été déclarées au Receveur d’épaves, une fonction exercée par un employé désigné de Transports Canada.

Le Receveur d’épaves est alors tenu de remettre les objets trouvés sur une épave aux propriétaires de ladite épave. Dans le cas du LEECLIFFE HALL, la compagnie ayant cessé ses opérations à la fin des années 1980, le Receveur d’épaves a autorisé la remise des objets aux plongeurs une fois les délais prévus par la loi écoulés.

Les plongeurs ont alors communiqué avec le Musée maritime de Charlevoix afin de faire un prêt à long terme.

La cloche, restaurée, sera désormais exposée au Musée, en souvenir des trois victimes de ce naufrage survenu en septembre 1964.

Lors du dévoilement de la cloche, des membres du groupe des Plongeurs d’épaves techniques du Québec (PETQ) ont signé le protocole de prêt au Musée maritime de Charlevoix en présence de représentants des familles de deux des victimes de cet accident maritime.

Articles connexes

 L’activité « Visite ton avenir – Cégépien d’un jour » du Centre d’études collégiales en Charlevoix...

Une activité particulière a récemment eu lieu au carrefour culturel Paul-Médéric à...

Sur la photo à la Une : Dylane Foster, gagnante de la finale locale l’an dernier Le Centre d’études...