PIERRE ROCHETTE   |   418-633-7616   |   charlevoix@photopierrerochette.com

Le journal de Lyne B (#17) : « Savoir s’orienter peut nous sauver »

Par Pierre Rochette  •  26 Jan 2020 à 00:08  •   •   243 VISIONNEMENTS
Lyne est entourée d’Hélène Brisebois et Sylvain St-Louis…photos courtoisie

Quand on entre en forêt, il est important de savoir comment se débrouiller car nul n’est à l’abri d’une fâcheuse situation comme celle de se perdre même si on possède des instruments électroniques.

Par Lyne Bélanger

Des intempéries imprévues peuvent survenir, des blessures inattendues, des accidents bêtes, des avalanches, etc…

On peut perdre ses outils d’orientation.  Avant de partir en excursion, il faut toujours vérifier l’état de nos appareils.

Je vous conseille d’installer des piles neuves et d’en avoir des supplémentaires en votre possession.

Il faut toujours aviser une personne que l’on part en forêt que l’on soit seul ou non. En cas de perdition, d’avoir avisé quelqu’un permet à l’équipe de sauvetage de faire des recherches plus rapidement.

Jadis, les peuples autochtones se servaient d’éléments célestes et terrestres pour parcourir les territoires sauvages. Le soleil se lève légèrement au sud de l’Est même à cette époque.

Ils observaient la mousse sur les arbres, les souches d’arbres abattus qui poussent plus du côté sud surtout en terrain montagneux où la zone ombragée apparaît sur le côté nord des arbres.

La nuit, il fallait retrouver l’étoile polaire dans le ciel étoilé, celle qui indique la position du nord. Il existait la méthode de l’ombre et une autre à celle-ci de même que la direction également répartie.

Il semblerait que les Viking étaient capables de s’orienter par temps nuageux et de brouillard. On pouvait se servir de l’Orion, une constellation ou des planètes pour les connaisseurs d’astronomie.

Ensuite, il y a eu la méthode de la bissectrice qui est un secteur angulaire demi -droit issu d’un sommet d’un angle. Suivi de l’utilisation de la montre.

Avec l’évolution, les méthodes d’orientations ne cessent s’accroître. Vers les années 1100, les Chinois ont inventés un super instrument que l’on nomme boussole.

Un instrument de navigation constitué d’une aiguille magnétisée qui s’aligne sur le champ magnétique de la terre. Elle indique donc le nord magnétique à distinguer du Pôle Nord géographique.

La boussole fournit une direction de référence pratique à la navigation. Avec les échanges de l’Europe et de l’Asie, les navigateurs ont pu faire les grandes découvertes pour se diriger vers l’Amérique.

On utilise les 4 points cardinaux Nord, Sud, Est, Ouest. Elle peut être utilisée avec l’horloge où la montre à l’aide de carte et de compas. Plusieurs types de boussole sont arrivés par la suite avec de nouvelles découvertes, du perfectionnement pour les besoins maritimes et terrestres.

On sait que la technologie ne cesse de progresser.

En 1978, le fameux GPS (Global Positionning System) fait son apparition grâce au département de la défense des États-Unis. C’est un système de positionnement par satellite.

Il est devenu à la disposition des civils vers 1989. Et depuis, le nombre de GPS explose, plusieurs marques arrivent sur le marché, des applications différentes, on installe maintenant dans nos autos et il habite maintenant nos téléphones cellulaires. Quel progrès!

En vieillissant, la spécialisation me hante toujours dans l’univers de la passion. Je me souviens que mon père était très habile avec une boussole, il avait la capacité de « tirer les lignes » selon notre expression typiquement charlevoisienne.

Le GPS est indispensable aux amateurs de la faune et la navigation. Depuis quelques années, l’idée me trotte dans la tête de suivre une formation dans la manipulation du GPS et de le comprendre dans mes fins d’utilisation en forêt.

Que ce soit pour mes excursions, la prospection de territoires pour la chasse, la pêche et le trappage. J’ai besoin de cet outil.

Mais pour ce faire, j’avais besoin de me tourner vers un expert en la matière comme Sylvain St-Louis d’Orientation Azimut.

Il est reconnu comme l’un des meilleurs instructeurs d’orientation en forêt. Il a enseigné aux forces armées canadiennes à des navigateurs, des amants de la nature. Il œuvre depuis 1978.

Il a été chroniqueur pour RDS pendant plus de 15 ans. Il fit apparition aussi à TVA, LCN, le journal de Montréal. Le magazine Sentier Chasse et Pêche.

Il a érigé plusieurs volumes, il donne des conférences un peu partout, des formations, etc…

M St-Louis a le bonheur d’avoir une épouse aussi passionnée dans le domaine.

Hélène Brisebois excelle également comme instructrice, elle prépare des chasses aux trésors, des rallyes, des compétitions. Un duo de passionnés d’enfer!

Je vais donc suivre ma formation bientôt, je vous invite à vous faire ce cadeau vous aussi. Les formations peuvent se faire par le web, les formateurs peuvent se déplacer également.

Vous pouvez vous former un groupe.  Devenez vous-même un nouvel expert d’orientation, il s’agit d’écrire au www.orientationazimut.com pour plus d’informations.

Je vous tiendrez au courant suite à ma formation.

 

 

Articles connexes

C’est le samedi 22 février que s’est déroulée la 5e édition du Quillothon de la Fondation de...

Sur la photo à la Une: Claudine Pedneault, la députée Émilie Foster et Anie Harvey, maître d’oeuvre...

photos immortalisées à l’hiver 2019…. Les 29 février et 1er mars, la ville de Clermont mettra en...