PIERRE ROCHETTE   |   418-633-7616   |   charlevoix@photopierrerochette.com

Le journal de Lyne B (#31) : Un remède fou dans notre forêt canadienne !

Par Pierre Rochette  •  14 Fév 2021 à 00:08  •   •   434 VISIONNEMENTS

Sur la photo à la Une : Lyne porte un toast de chaga (thé) à votre santé….

Depuis le début de la pandémie mondiale, le niveau de stress et d’anxiété augmentent sans cesse dans toutes les populations et ce, pour plusieurs raisons.

Par Lyne Bélanger

L’inquiétude et la solitude minent la santé des gens.

Quoi de mieux qu’une fabuleuse décoction pour nous remettre sur le piton!

Dans nos belles forêts québécoises, il existe des richesses qui méritent d’être reconnus tout comme le chaga.

L’inonotus obliquuus, de son nom latin, est un champignon extrêmement riche en nutriments, et en minéraux.

C’est un parasite qui comporte une grande valeur anti-oxydante. En fait, c’est un aliment des plus antioxydants au monde.

Ce champignon peut naître dans 4 sortes de bouleaux que nous possédons chez-nous au Québec. Soit dans le bouleau jaune, le bouleau blanc, le bouleau lanugineux et le bouleau flexible.

Ils poussent également en Europe dans les bouleaux de la Russie que l’on surnomme « don de Dieu », champignon de l’immortalité.

Également, les japonais le nomment « le diamant de la forêt », « le roi des plantes ». Ce champignon pousse dans les fissures de l’arbre et peut survivre à des conditions climatiques extrêmes.

À l’intérieur de l’arbre coule de l’acide bétulinique, l’aliment principal du chaga.

Le chaga est reconnu pour ses vertus thérapeutiques anticancérogènes, en plus de stimuler le système immunitaire.

Comment le reconnaître :

Ce parasite que l’on appelle sclérotium doit être récolté avant que celui-ci endommage complètement le feuillu ce qui serait fatal pour sa survie.

Il ne faut pas récolter le chaga sur l’arbre mort. Il peut être prélevé à n’importe quel moment pendant l’année. Son apparence est noire, il ressemble un peu à du bois brûlé et il se loge hautement dans l’arbre.

La meilleure façon de le récolter est de prendre une échelle et une hachette pour y parvenir. Il est strictement important de ne pas perforer l’arbre et de laisser 30 % du parasite après le bouleau pour sa survie.

La croissance du chaga est lente, elle prend entre 3 et 10 ans pour atteindre son niveau de maturité.

Au 16ième siècle, les tribus de l’Arctique utilisaient le chaga pour traiter des problèmes de foie et des troubles cardiaques.

On l’employait de même pour soigner les gens atteints de la tuberculose et pour ceux qui se retrouvaient aux prises avec divers parasites.

Il servait de désinfectant et on fabriquait même de l’eau savonneuse. Même, on le fumait et on le chiquait.

La collecte du chaga :

Il faut récolter le chaga qui se situe loin des villes, ainsi il sera éloigné des toxines de toutes sortes et de la pollution industrielle. Pour la conservation, il faut s’assurer de connaître l’excellente façon de le faire afin éviter la détérioration du parasite.

Si vous ne pouvez pas procéder aux étapes du séchage après le moment de la récolte, il faut déposer votre chaga dans le congélateur.

Le séchage :

Il suffit de couper votre chaga en petits morceaux selon votre préférence, on conseille même d’utiliser un ventilateur pour accélérer le processus du séchage.

 

La transformation du chaga :

Le chaga peut être transformé selon la consommation désirée. Il peut être infusé par morceaux, en pépites ou réduit en poudre.

Il faut laisser mijoter jusqu’à que le couleur devienne sombre, un peu comme la couleur du café avant de pouvoir le consommer. Vous pouvez congeler le surplus sans problème.

Le thé de chaga peut se prendre chaud ou froid, certaines personnes le mélange à du chocolat chaud.  On utilise maintenant son bouillon dans l’art culinaire.

Il est important de savoir que des études ont été réalisées sur des rats, des lapins, des chats et des chiens concernant les propriétés du chaga.

Il peut être consommé en toute sécurité. Par contre, pour les gens qui ont des prescriptions médicales, je conseillerais de le mentionner à votre médecin ou pharmacien avant la consommation.

Il est important de connaître les effets secondaires plausibles sur le mélange des produits. Il faut vérifier les contre-indications de vos médicaments.

Également, quand on avale quelque chose de nouveau, on se doit de demeurer alerte au risque d’allergie.

La science médicale avance. En Russie, un médicament à base de chaga est arrivé sur le marché. Il est utilisé pour venir en aide aux ulcères digestifs.

Ce médicament se nomme Befungin.

Aujourd’hui, on retrouve des petites crèmes pour la peau, des traitements pour le psoriasis à base d’extraits de chaga etc… On l’utilise de plus en plus à travers toutes sortes de produits.

En Asie, le chaga fait partie de la médecine douce depuis des milliers d’années. Il fait fureur dans les boutiques spécialisées d’aliments naturels.  On peut le retrouver en poudre, en encens, en décoction, etc.

Et bien, que ce soit pour la concoction d’un simple thé, d’une boisson gazeuse ou d’une bière, vous serez servi.

J’ai eu la chance de trouver du chaga en forêt et j’ai le plaisir de vous le présenter en photos.

Enfin, j’ai pu goûter ce champignon brut bouilli de grande puissance en concoction. Le goût boisé s’apparente drôlement à de l’eau d’érable.

Le chaga, nous l’avons au Québec, on peut s’en procurer de multiples façons. Moi, je préfère le chercher et le découvrir par moi-même, car je suis une coureuse des bois très curieuse.

Alors, je termine en vous disant que je porte un toast de chaga à votre santé. La santé précieuse que l’on a ou qu’on recherche en cette période difficile.

Articles connexes

Go-Xplore et les Espaces Saint-Étienne se sont récemment associés, histoire de lancer une campagne...

Grâce à certains assouplissements mis en place par le gouvernement pour la relâche, il sera...

À l’occasion de la semaine de relâche, la ville de Clermont présente une programmation d’activités...