PIERRE ROCHETTE   |   418-633-7616   |   charlevoix@photopierrerochette.com

Bâtiments historiques de Charlevoix : Magasin Urbain Bolduc

Par Pierre Rochette  •  15 Fév 2020 à 00:08  •   •   377 VISIONNEMENTS

12, rue Saint-Jean-Baptiste, Baie-Saint-Paul

Notre visite des bâtiments historiques de Baie-Saint-Paul nous permet maintenant de découvrir un établissement commercial important de cette ville soit le Magasin Urbain Bolduc.

Par Serge Gauthier, Ph.D.

Président de la Société d’histoire de Charlevoix

L’édifice aujourd’hui connu sous le nom de Magasin Urbain Bolduc est d’abord une résidence construite par Thomas Potvin, marchand vers 1880.

Il est à noter qu’à l’origine, le bâtiment possédait un toit à deux versants, mais plus tard on a doté l’édifice d’un toit plat.

Le 11 octobre 1892, Joseph Simard, cultivateur, en devient propriétaire avant de céder le bâtiment, le lendemain même, à sa femme Marie-Eugénie Tremblay, une terre « avec une maison dessus construite ».

À la même époque, un certain Urbain Bolduc (1857-1941), marchand né à Saint-Urbain, connaît des problèmes financiers importants car il doit faire faillite le 13 novembre 1893.

Par la suite, Urbain Bolduc gère un magasin de bonbons sur la rue Saint-Jean-Baptiste à Baie-Saint-Paul, avant de s’installer dans la maison appartenant à la femme de Joseph Simard.

Le 15 février 1897, son fils Joseph-Nelson Bolduc, devient propriétaire de l’édifice. Dans une publicité de l’Écho de Charlevoix, on peut y lire « U. Bolduc. Horloger et bijoutier. » (Voir pub).

En août 1907, le même journal indique la construction « d’une jolie galerie à la maison privée » d’Urbain Bolduc, sans doute celle située comme aujourd’hui au 2e étage de son édifice.

Le 30 juin 1910, Joseph-Nelson Bolduc, étudiant en architecture, fait le don de l’édifice à son père, Urbain Bolduc, « orfèvre » de Baie-Saint-Paul.

Fait notable, en juillet 1928, Urbain Bolduc fait l’objet d’un vol important de 2 000$ à sa boutique.

En juillet 1941, Urbain Bolduc effectue une donation entre vifs à son fils Lorenzo de la moitié de l’édifice.

Ce dernier reçoit quelques mois plus tard l’ensemble du commerce après le décès de son père.

En 1977, Lorenzo Bolduc décède à son tour. Ce sont ses sœurs Annette Bolduc et Marie Des Neiges Bolduc qui deviennent les propriétaires.

En juillet 1991, les sœurs Bolduc étant décédées, la succession vend le magasin à Rhéaume Gélinas et Micheline Goulet.

Le 4 octobre 1993, l’édifice est vendu à Daniel Gélinas et Johanne Fontaine qui semblent résider dans le bâtiment au moment de l’acte.

Il est remarquable de noter que ce Magasin, encore si populaire de nos jours, a conservé sa vocation commerciale presque sans interruption depuis la fin du 19e siècle. Un fait rare qu’il convient de souligner.

L’historien Christian Harvey a rédigé les notes historiques pour ce texte.

 

 

 

 

 

 

Articles connexes

photos immortalisées à l’hiver 2019…. Les 29 février et 1er mars, la ville de Clermont mettra en...

Sur la photo à la Une:  Jérémy Gagnon, Félix Tremblay et Louis-Alex Tremblay, quelques instants...

Sur la photo à la Une : Michel Careau et sa famille entourés de Véronique Caron, Simon Gilbert,...