PIERRE ROCHETTE   |   418-633-7616   |   charlevoix@photopierrerochette.com

Réserve de la biosphère de Charlevoix : un statut qui nous appartient à toutes et à tous

Par Pierre Rochette  •  9 Oct 2021 à 00:04  •   •   113 VISIONNEMENTS

La Corporation de la Réserve de la biosphère de Charlevoix (CRBC) a tenu son assemblée générale annuelle en formule virtuelle.

Elle a présenté un bilan de ses activités des deux dernières années ainsi que son plan d’action pour la prochaine année.

Présentement en transition au niveau de sa coordination, elle conserve toutefois le souci de poursuivre le développement entamé dans les dernières années, en respect des fonctions d’une Réserve de biosphère, des recommandations de la Commission canadienne de l’UNESCO et des besoins du milieu, puisque ce statut appartient à tous les Charlevoisiens et Charlevoisiennes.

Les réserves de biosphère, statut octroyé par l’UNESCO, doivent exercer trois fonctions relatives au développement durable, à la conservation et à la recherche et l’éducation.

Au cours des dernières années, la CRBC a travaillé principalement autour de la fonction relative au développement durable, en accompagnant les organisations du milieu dans la gestion de leurs matières résiduelles et dans l’évaluation et la compensation de leurs émissions de gaz à effet de serre.

La CRBC est actuellement en période d’évaluation et d’adaptation des services offerts, afin de répondre adéquatement aux besoins et défis actuels du milieu et assurer une pérennité dans l’accompagnement proposé, tout en travaillant avec l’ensemble des partenaires œuvrant en développement durable sur le territoire.

Ce travail d’évaluation et d’adaptation est réalisé dans l’action, en participant à différents projets en cours sur le territoire, notamment ceux entourant les enjeux reliés au tourisme durable et tous les défis qu’il comporte.

Les fonctions de conservation, de recherche et d’éducation sont également en développement. La CRBC travaille actuellement avec l’Association canadienne des réserves de biosphère, elle-même en contact avec le gouvernement fédéral, afin d’assurer un financement récurrent aux réserves dans leur fonction de conservation.

Il est ici question d’œuvrer, avec les partenaires régionaux, à la mise en œuvre d’actions favorisant la conservation et la restauration d’habitats à fort potentiel de conservation de la biodiversité.

En ce qui a trait au volet recherche et éducation, des partenariats se poursuivent et se développent, dont ceux avec le Laboratoire interdisciplinaire de la responsabilité sociale des entreprises et l’Institut Environnement, Développement et Société de l’Université Laval, pour ne nommer qu’eux.

La CRBC travaille également étroitement avec le Géoparc de Charlevoix, afin d’évaluer le potentiel de collaboration pour favoriser le développement à long terme des deux organisations.

La situation financière de la Corporation de la Réserve de la biosphère de Charlevoix est précaire, mais équilibrée. La présentation d’une mission d’examen des deux dernières années démontre une très légère profitabilité.

Cependant, depuis toujours, les actions de la Réserve sont assurées presqu’exclusivement par les membres bénévoles du Conseil d’administration :

« Le financement des activités d’une Réserve de biosphère est un enjeu important. Pour mener à bien nos mandats, nous devons compter sur des ressources humaines rémunérées. Il est utopique de croire qu’on peut continuer en se basant uniquement sur le bénévolat. Il en va de la pérennisation de cette structure et de la conservation de notre statut » ajoute Daniel Groleau, président de la Corporation de la réserve de la biosphère de Charlevoix.

Dans cette optique, une profonde réflexion est entamée sur le modèle d’affaires et plusieurs pistes de solution sont envisagées par un comité de gouvernance issu des membres du Conseil d’administration.

Pour l’année 2021-2022, le Conseil d’administration sera composé de Daniel Groleau, Dominique Fournier, Jean Fortin (jusqu’aux prochaines élections municipales), Michel Boulianne, Jonathan Galarneau, Johanne Côté, Geneviève Laurin, Frédéric Beaumont, Pascale Harvey et Annick Perron. Le comité exécutif sera nommé lors de la prochaine rencontre des administrateurs.

Parce que le statut de Réserve de biosphère est un privilège qui rayonne sur l’ensemble de la communauté charlevoisienne, la CRBC souhaite mobiliser et travailler avec tous les acteurs du territoire, incluant les citoyennes et les citoyens, pour assurer le maintien, le dynamisme et la pertinence de notre statut.

Nous tenons à remercier les administrateurs sortants pour leur dévouement et leur participation active au sein du conseil d’administration.

De plus, les administrateurs unissent leur voix pour remercier M. Antoine Suzor-Fortier qui a œuvré à titre de secrétaire-général bénévole depuis 2014.

Ce dernier a largement contribué au maintien du statut de Réserve de biosphère. Sans son intervention au sein du comité de restructuration en 2014 et ses efforts consacrés à la mise en œuvre de plusieurs projets au cours des dernières années, le statut de Réserve de biosphère de l’UNESCO, reconfirmé en 2017, aurait pu alors échapper à la région.

 

 

Articles connexes

Dimanche le 31 octobre prochain, la ville de Clermont invite petits et grands à la 4e édition...

   À l’occasion de La Semaine québécoise des directions d’établissement scolaire, qui se déroule du...

La bibliothèque présentera trois activités pour les jeunes pour souligner l’Halloween. LECTURES...